Author Archives: empsi

massage suédois - dos en contraction

Ecouter son élan – S’inscrire

L’inscription est simple.

La simplification a permis de nous libérer du temps pour encore mieux écouter vos besoins d’évolution professionnelle ou personnelle, en amont de l’inscription.

  1. Un thème encore à éclaircir ? Explorez davantage le site et nos propositions de stages, puis rappelez-nous pour qu’on fasse le point ensemble – 06 47 00 65 50 – ou par mail. Si ce n’est pas encore l’heure pour vous, mais que notre philosophie vous intéresse, laissez-nous votre mail pour recevoir l’infolettre.
  2. Si vous avez déjà choisi votre atelier, stage, formation ou séminaire, il vous suffit de payer en ligne les arrhes qui tiendront lieu de réservation. Les arrhes ne sont plus remboursables à partir des 15 jours précédant la date de démarrage. Le solde est payé sur place, en une ou plusieurs fois, directement au(x) formateur(s). Le paiement de l’hébergement éventuel est vu avec le centre de stage.
  3. Les personnes inscrites, ou ayant été inscrites à l’EMPSI, bénéficient d’un tarif réduit indiqué sur les fiches de présentation des ateliers. L’inscription se fait en ligne, en cliquant sur la première réservation ci-dessous. Elle matérialise le lien qui nous unit.  😉
  4. Il n’y a pas d’autres démarches à effectuer. Vous serez contacté par mail. Veillez donc à bien remplir ce champ lors de votre réservation… sinon, ça complique. 😉😉

Vente de billets en ligne

Axe approfondir la perception

Notre axe « Toucher intuitif, perception, visualisation » est une ouverture vers les techniques d’écoute tissulaire. Il enrichit vos savoir faire, lorsque le mouvement du massage s’arrête… ou semble s’arrêter.

Vous savez déjà, part votre pratique actuelle du massage, que lorsque votre main s’arrête, prend contact et écoute, elle vous livre une quantité phénoménale d’informations (chaleur, texture, circulations, qualité des tissus et de leur irrigation, et beaucoup de sensations encore).

L’EMPSI construit un programme de formation progressive vous permettant d’approfondir ces sensations, de les organiser et de leur donner du sens. Vous ajoutez alors à vos massages une capacité nouvelle à percevoir les décalages subtils dans les équilibres de vos clients, et pouvez mieux les aider à y remédier en relançant leur propre système de régulation.

Le masseur bien-être n’est pas cantonné au protocole de massage. Il a le droit de s’arrêter sur le corps pour le comprendre, pour l’écouter. Par sa pratique, il est l’un des mieux placés pour connaître les corps. Mais peu d’entre nous osons faire valoir notre expertise du corps vécu, éprouvé et ressenti.

 

Cueillir des occasions d’avancer au fil de votre carrière :

EMPSI Formation s’adresse à tous les professionnels du massage qui souhaitent approfondir leur intuition, leur perception et leur capacité à visualiser les corps tissulaire, fluidique et énergétique. La compréhension des micro-mouvements qui les animent est un puissant levier de déblocage des situations complexes qui se sont nouées dans le passé.

Quelque soit votre formation de base, dès lors que vous êtes familiarisés avec le toucher, vous pouvez rejoindre l’un de nos stages sur cette thématique :

 

L’ambiance à l’EMPSI – Un vidéaste au milieu des masseurs et formateurs.

 

La patience est la devise de la structuration du toucher.

Nous partons toujours de là où vous en êtes, de votre toucher intuitif et non du nôtre, pour l’inviter à grandir et s’approfondir à son rythme. Installé son toucher prend toujours du temps. Son évolution est infinie, au fur et à mesure que se créent nos capacités à ressentir. C’est pourquoi nous préconisons les aller-retour entre votre pratique et la formation.

Construire son talent de praticien en toucher intuitif prend donc du temps. Sentir, écouter intimement les tissus du corps, le mouvement des fluides, visualiser l’énergie, demande un temps d’intégration de l’information. L’apprentissage faisant appel au sens kinesthésique et proprioceptif est toujours plus long que pour les sens visuels ou auditifs. Les techniques d’écoute sont aussi d’autant plus longues à installer qu’elles ont été peu explorées. Il est naturel que des moments de doutes succèdent à d’autres, plus joyeux, où les sensations se clarifient, se précisent et se confortent. Nous nous faisons hautement confiance pour vous accompagner intelligemment, humblement et humainement, dans l’approfondissement de la qualité de votre toucher.

Suivre un stage de notre axe : « perception, visualisation, toucher intuitif » vous nourrira pour un moment. Inutile que vous les enchaîniez trop vite, tant leur richesse est abondante.

Des lectures pour avancer :

Des textes écrits par les formateurs de l’EMPSI vous permettront de vous familiariser avec l’approche du toucher intuitif, de l’écoute tissulaire et de la perception :

Axe savoir accompagner par le toucher

Toucher n’est pas un geste anodin. Lorsque des tensions lâchent pour de bon, elles livrent leur histoire, leurs causes profondes… les tristesses, les colères, les peurs ou les joies qu’elles contiennent. Rencontrer ces émotions peut être déroutant et nécessite d’apprendre à les accueillir simplement.

« Tu seras aimé le jour où tu pourras montrer ta faiblesse,
sans que l’autre s’en serve pour affirmer sa force »
Cesare PAVESE

     Comme masseur, ostéopathe ou thérapeute manuel, vous êtes très vite placés dans une position d’accompagnateur. Vous établissez, avec vos clients, un lien dont vous sous-estimez peut-être l’importance.

     Ce lien est chargé, coté receveur, d’un transfert inconscient. En retour, vous êtes inscrits dans un contre-transfert qu’il est primordial de comprendre et d’étudier. Cette relation, connue et travaillée en psychothérapie, revêt des allures spécifiques dans le massage professionnel ou les thérapies manuelles telles que l’ostéopathie ou la fasciathérapie. Elle est d’autant plus forte lorsque la relation inclut la confidence.

     Cette belle relation, professionnellement établie et cadrée par une éthique précise, ouvre la possibilité de la considération de nos ombres et de nos lumières. L’acceptation des différentes facettes de soi est le chemin qui conduit à l’épanouissement et au vrai relâchement corporel.

     Pour bénéficier de toute la richesse du lien entre un masseur intuitif et son client, ou un ostéopathe et son patient, nous préférons passer par le développement personnel plutôt que par la formation professionnelle. L’endroit le plus blessé en nous est aussi le plus précieux, et le mieux protégé ; l’ouvrir, quitter le voile, est le plus beau cadeau que l’on puisse se faire, et faire au monde. Or, parmi les thérapeutes, beaucoup ne s’offrent pas la douceur d’écoute qu’ils proposent à leurs clients. Pourtant, lorsqu’un accompagnant cesse d’être en bataille avec lui-même et résout ses conflits intérieurs, sa capacité d’accompagnement fait un bond qualitatif notable.

 

Trois façons de faire progresser son art de l’accompagnement :

     Nous le disions, la première façon de muscler son exercice de l’accompagnement est de travailler sur soi. A cette fin, l’EMPSI vous propose un séminaire permanent. Un lieu de thérapie didactique et d’exploration de thématiques renouvelées, destinés à clarifier pour vous et en vous, les questions psycho-émotionnelles posées par le corps, les vécus émotionnels, les éprouvés et la relation d’accompagnement. Le confort qui en résulte vous rend bien plus souple dans l’accompagnement de vos clients et patients.

     Le séminaire permanent vous permet d’exercer votre talent d’accompagnant. Il fonctionne comme un lieu de développement personnel pour thérapeutes et masseurs intuitifs. Il se distingue néanmoins d’un lieu de thérapie ordinaire en ce sens qu’il est didactique : les accompagnements menés au sein du groupe donnent lieu à une analyse a posteriori destinée à comprendre ce qui a provoqué ou favorisé le changement.

     La deuxième façon de structurer son exercice de l’accompagnement consiste à s’appuyer sur les théories de la psychothérapie. A l’EMPSI, nous privilégions la compréhension de deux courants associés autour de la question du corps et des mémoires corporelles : la psycho-somatothérapie (W. Reich) et la psychologie humaniste (C. Rogers).

     La théorie est régulièrement amenée dans l’ensemble du programme. Néanmoins, 6 journées consacrées aux incontournables de la relation d’accompagnement ont été isolées pour constituer un module théorico-pratique abordant les fondamentaux.

     Enfin, la troisième façon de soutenir votre pratique de l’accompagnement, sa justesse et son efficience, est d’analyser sa pratique. Pour vous guider, l’EMPSI vous propose des séances de supervision. Des études de cas choisies parmi vos clients ou patients sont travaillées jusqu’à ce que les ficelles de l’accompagnement apparaissent clairement. Cette étape, vous permet de rester ponctuellement en lien avec un professionnel expérimenté de l’accompagnement, plutôt que de vous isoler dans votre pratique. L’ensemble de votre clientèle ou patientèle ressent en général que vous vous faites superviser car votre approche gagne en clarté et en assertivité. Un praticien supervisé est plus audacieux dans son accompagnement, puisqu’il est en lien et que les points éthiques qui posent question peuvent être abordés dans ce cadre. La supervision est une obligation déontologique de la psychothérapie. Naturellement, vous pouvez suivre votre supervision en dehors de l’EMPSI.

 

L’empathie et la rencontre dans la pratique du massage.

 

Mieux comprendre l’immense et passionnante question du lien thérapeutique.

     Le massage intuitif, les techniques d’écoute tissulaire, la biodynamique cranio-sacrée ou les thérapies manuelles donnent toutes une grande importance au champ relationnel entre le praticien et le client. L’intention du praticien est, d’une part, de favoriser la sécurité dans ce champ, d’autre part, d’y installer un contexte favorable à l’introspection, afin de soutenir les capacités du client à évoluer. Nous tenons compte du fait que notre travail est intime et que la vulnérabilité du client doit être manifestement appréciée et respectée. Ses limites peuvent être subtiles et complexes car notre interaction peut impliquer de nombreux aspects, conscients ou inconscients, de la relation.

     Nous vous proposons de travailler la question fondamentale de la relation et de ses effets aux deux bouts du lien : pour le client/patient, dans son processus d’évolution ; pour le praticien/ostéopathe, dans sa joie d’assister au processus de transformation et dans son implication personnelle.

     Dans un travail relationnel impliquant le corps, il est important de reconnaître et de savoir comment travailler les questions se rapportant au transfert et au matériau, émotionnel, imaginaire ou symbolique, qui émerge de l’ombre. On peut comprendre le transfert comme une tentative inconsciente de guérir une relation du passé. Une personne au temps présent (un thérapeute par exemple, mais pas seulement), est inconsciemment perçue par le patient comme le rappel d’une personne du passé ayant affectivement compté pour lui. L’ombre est quant à elle un terme développé par Carl G. Jung pour exprimer des qualités en nous-mêmes que nous avons réprimées dans le passé et que nous n’acceptons pas dans le présent.

     Alors qu’en psychothérapie, il peut être important d’explorer en détail ce qui est traité au niveau psychologique, les ostéopathes, thérapeutes manuels ou masseurs intuitifs ne sont pas formés à cette exploration et peuvent être mal préparés aux manifestations psycho-émotionnelles susceptibles de se produire lors d’une séance. Il leur est donc d’autant plus utile de comprendre les dynamiques psycho-émotionnelles conscientes et inconscientes qui peuvent s’inviter dans la relation thérapeutique ou l’accompagnement. Les comprendre soutient grandement les capacités de l’accompagnant d’apprécier ce qui émerge et de l’accueillir avec justesse et neutralité. Il en découle une forte amélioration de l’efficacité de son travail.

 

D’autres lectures sur notre approche de l’accompagnement :

     Des textes écrits par les formateurs de l’Ecole du Massage Intuitif vous permettront d’explorer autrement notre conception de l’accompagnement dans une logique somatothérapeutique :

Jung et l'analyse de rêve

Rêve et massage l’article

Quelle drôle d’idée d’allier rêve et massage !
Jung et l'analyse de rêve

Carl Gustav Jung

     Le masseur intuitif propose un espace d’expression à son client par sa posture et son cadre. Cependant, cet espace n’est pas toujours occupé, faute d’envie ou de porte d’accès possible. Dans leur retour de pratique en supervision, de nombreux praticiens partagent leurs interrogations sur la non-utilisation de cet espace pour voyager dans les profondeurs de l’être. Ils se questionnent sur leur posture, cherchent à travers la voie psychologique, sans avoir une idée précise de là où ils vont emmener leur client.

     La pensée de C.G.Jung et l’expérimentation du rêve et du symbole pourraient répondre à ce constat.

     Dans la séance de massage, au-delà de la technique, c’est tout un cadre relationnel qui se pose et se propose. Le toucher est une porte d’accès à notre intériorité, par la sensorialité qu’il offre. Il amène à mettre en lumière et fluidifier nos tensions physiques, mentales, émotionnelles et énergétiques. L’échange verbal et non verbal qui s’y jouent sont des signifiants de ce qui nous traverse en tant qu’individus. A ce moment, la qualité de présence est la dimension essentielle d’accueil et de soutien du processus en cours. C’est cet accompagnement que propose le massage porté par l’Ecole du massage psycho-somato-intuitif.

     Seulement, selon les histoires et les croyances de chacun, que l’on soit masseur ou receveur, partir à sa propre rencontre, se dire, se découvrir, se sentir n’est pas chose commune. La pression sociétale nous en éloigne. Comment, dans ce contexte, faciliter l’accès de nos clients à cette magnifique expérience qu’est la rencontre avec soi-même ?

     La psychanalyse symbolique et le rêve seraient une porte d’entrée possible.

     Jung, après sa séparation d’avec Freud, s’est tourné vers l’étude de la plupart des spiritualités du monde aussi bien polythéistes que monothéistes. Sa découverte de la notion du Soi, lumière intime et transcendante en chacun et en tous, découle de ses patientes recherches.

     Cette dimension d’Inconscient, à la fois personnel et collectif, est au cœur de nos relations humaines. Elle se manifeste lorsque le conscient lâche prise, lors du sommeil en particulier, et apparaît sous la forme des rêves, par des images, des scènes, des scénarios même, colorés mais souvent abscons. Nous les traitons bien mal, en les ridiculisant parfois, alors que c’est la Nature, le grand tout, la transcendance, le sacré, le divin qui nous parle !

     L’accueil du rêve, sa contemplation tranquille puis la mise en compréhension du message, font l’objet de l’analyse symbolique des rêves. C’est un chemin de mobilisation, de libération et enfin de guérison.

     Le processus de l’analyse est une rencontre : c’est d’abord interroger la scène, le mot employé, l’image, chaque élément apporté, enrichis par les associations que l’analyste a soin de susciter chez le rêveur. 

     Il s’agira ensuite de lire les symboles personnels et universels dont le rêve est porteur et se mettre à l’écoute du Soi, défini comme centre harmonieux et intemporel d’union des contraires en chacun. Dans l’instant du décryptage du message, le matériau objectif du rêve reste au centre de la relation.  Le mouvement de va et vient entre rêveur et analyste, autour du rêve comme manifestation de l’Inconscient du rêveur – mais aussi de celui de l’analyste, et de celui du collectif familial, sociétal, et de civilisation – est le mouvement naturel et immuable de la vie.
Le rêve est un creuset, rempli d’or, où l’analyste, par son humble contemplation met de la lumière, et où le rêveur reçoit un guide indispensable à sa compréhension intérieure et à sa vie.

     Les deux alliés vivent cet instant de révélation comme le fruit de leur rencontre et tirent chacun et ensemble l’enseignement apporté. Ni l’un ni l’autre ne revendique une appartenance ou une connaissance supérieure.

     Ainsi allier massage et rêve permet de rencontrer la dimension spirituelle de la relation telle que Jung la propose dans son processus thérapeutique d’analyse de rêve et de la transposer au massage.

     Il s’agit d’approcher le monde de l’Inconscient pour élargir, par l’expérience de l’analyse de rêve, la dimension intuitive, imaginative, mémorielle et psychique du massage. Faire des parallèles entre ces deux pratiques offre une occasion d’affiner la posture d’accompagnant.

     Vivre le symbolique, c’est passer par un biais expressif de dimension artistique, parfois plus coloré, plus simple et plus direct pour témoigner de nos états de corps et d’âme. C’est lâcher prise sur le souci d’être compris en tant qu’émetteur, ou même de se comprendre soi, pour partir dans une dimension intuitive et créatrice.

Suivre un atelier sur l’alliance rêve – massage

fascia et massage

Fiche de lecture fascia

Une structure conjonctive nouvellement prise en compte.

     Qu’est-ce qui se passe dans le corps de la personne lorsque je pose mes mains sur elle ? Quelle structure me donne les informations telles que le positionnement de mes mains ou la juste pression à exercer ? Quelle structure intelligente me délivre la partition qui va se jouer ? Et pourquoi le corps se dénoue ? devient fluide ? Pourquoi les tissus se relâchent ? Pourquoi à certains moment je ressens un mouvement non pas entre mes mains, mais à l’autre extrémité du corps, et à d’autres moments, du chaud, du froid, rien, le silence ? Certains me diront que c’est grâce au MRP (mouvement respiratoire primaire) s’ils sont ostéopathes, d’autre au Qi, Ki ou Prana, en fonction de leur courant de pensée ésotérique et énergétique, le mouvement interne s’ils sont formés à la pédagogie perceptive… Mes mains, transformées en récepteurs sensoriels, deviennent l’instrument du chef d’orchestre : « une main qui sent, qui voit, qui écoute, et qui sait», comme le disait le docteur William Garner Sutherland. Mais qui est ce chef d’orchestre ?

 

« Lorsque vous vous occupez des fascias, vous faites affaire avec les succursales du cerveau… », Andrew Taylor Still.

     Et si le centre de toutes mes intentions et attentions était le fascia ? les fascias ? On s’y perd d’entrée… Mais où est cette entrée, cet accès au fascia ? La peau, tout simplement. Comme l’explique Jean-Claude Guimberteau, chirurgien et qui a écrit la préface de l’ouvrage de David Lesondak : « La dissection chirurgicale permet de constater qu’il n’y a que des connexions tissulaires. Il s’agit d’une véritable continuité histologique sans séparation nette, que ce soit entre la peau, le derme, l’hypoderme, les vaisseaux, l’aponévrose, le muscle, le tendon et l’os. Dès que l’observation se veut un peu curieuse, on découvre juste après avoir franchi le derme et l’hypoderme, un tissu très mobile, totalement globalisant, réparti sur toute la surface de structure et s’infiltrant dans chaque plan dit de décollement…».

     L’ouvrage remarquable de David Lesondak, reprend toutes les connaissances récentes sur le fascia. Une bible pour tout praticien en thérapie manuelle, avec sa série d’hypothèses sur ce qu’il se passe et sur quelle structure nous nous appuyons (c’est le cas de le dire) en temps que masseur intuitif et surtout praticien en toucher intuitif, afin d’accompagner la personne qui se dépose sur notre table dans son processus de guérison, de réappropriation de son équilibre tissulaire et de son équilibre émotionnel.

     Le fascia met du lien, du liant. Le corps, si morcelé dans son approche anatomique par nature « morte », retrouve son vivant, sa vivance ! « Dans la vie, un muscle ne fait pas nécessairement ce que le muscle disséqué, ou un artifice mécanique ferait sur un cadavre. La non-prise en compte de cette notion a engendré de nombreuses erreurs dans l’enseignement. » (Wood Jones, 1920). Les différents systèmes s’articulent, communiquent, glissent les uns avec les autres, les uns sur les autres. L’unité est retrouvée. A travers les différents chapitres et la tentative de définir ce tissu, de ses origines embryologiques, en passant par la tenségrité, le système nerveux central et entérique, les dysfonctionnements et thérapies axées sur le fascia, David Lesondak nous emmène dans une danse du vivant (petite pensée à Danis Bois, fondateur de la fasciathérapie), une nouvelle approche du corps et de notre métier. Comme le disait le Dr George A. Sheehan »Le premier pas de l’esprit vers la conscience de soi doit passer par le corps».

 

Cancer et fascia.

  Dans l’extrait qui suit, David Lesondak parle du cancer et de la raideur du tissu en regard de l’environnement de la tumeur. Il exprime aussi la possibilité que le massage et autres thérapies manuelles ne soient plus utilisés seulement dans une optique de diminuer les sensations et perceptions douloureuses comme recours en soins palliatifs afin d’apaiser la fin du cycle, mais comme outil thérapeutique à part entière. Le massage, le toucher intuitif de part son action sur les fascias agit jusqu’au coeur de la cellule, le noyau via le processus de mécanotransduction (cf chapitre 1, p30) et sans doute sur l’inhibition ou l’activation de certains gènes… Les recherches n’en sont pas encore là, mais l’épigénétique et son champ d’exploration et d’investigation amèneront, je l’espère, d’ici peu des réponses concluantes… En attendant posons nos mains et écoutons les tissus, comme le résume si bien Sutherland : « Laisser agir la puissance inhérente infaillible plutôt que d’utiliser une force aveugle appliquée de l’extérieur».

N.B. : l’EMPSI rappelle aux praticiens que le massage peut être contre-indiqué dans certaines phases du cancer. Avant toute forme de pratique favorisant la circulation de la lymphe, il conviendra que le client s’assure auprès de son médecin de la non contre-indication de la pratique du massage dans son cas.

 

Extrait du livre de David Lesondak.

fascia et massage

« Bien que relativement récents, de plus en plus de travaux suggèrent une relation entre fascia et cancer (Langevin et al. 2016). Alors que la recherche traditionnelle sur le cancer s’est concentrée sur l’arrêt de la transformation néoplasique des cellules cancéreuses, les efforts récents commencent à se concentrer sur le microenvironnement des tumeurs, et c’est là que le fascia entre en scène.

Proposée pour la première fois il y a plus d’un siècle (Mueller et Fusenig 2004) et généralement désignée dans la littérature par le stroma (le microenvironnement du tissu tumoral), l’élément clé de cette relation est l’inflammation et la raideur de ce tissu. Il semble que ces deux éléments puissent réellement accélérer les processus néoplasiques (Albini & Sporn 2007, Whiteside 2008), augmentant la croissance tumorale. Ainsi, alors que des thérapies intégratives basées sur le corps (massage, yoga et acupuncture) sont utilisées pour améliorer les symptômes et la qualité de vie des patients atteints de cancer, l’idée existe que de telles thérapies puissent potentiellement aider le corps à se débarrasser d’un cancer.

Jusqu’à présent, les preuves sont loin d’être concluantes. Il n’a pas encore été prouvé que la raideur des tissus fasciaux puissent causer la prolifération de cellules tumorales. De plus, il a été démontré que les tumeurs se déplacent et s’éloignent tour à tour des zones de plus grande rigidité faciale (Spill et al. 2016).

Pourtant, il existe suffisamment de corrélation intrigantes pour que la Harvard School of Medecine (école de médecine d’Harvard) ait organisé en novembre 2015 le premier congrès conjoint sur l’acupuncture, l’oncologie et le fascia. Le congrès comprenait également des explorations de méthodes manuelles axées sur le fascia. Toutes les présentations ont été enregistrées sur vidéo et sont disponibles gratuitement en ligne (Osher Center 2015).

Deux choses sont certaines. L’une est que l’oncologie doit prendre en considération la place des approches corporelles et thérapie manuelles dans le traitement du cancer. L’autre est que des recherches plus poussées sur ces approches sont nécessaires afin de comprendre les mécanismes moléculaires sous-jacents et que ces approches puissent être adaptées plus efficacement au traitement du cancer. »

David Lesondak, « Diagnostiquer les dysfonctionnements du fascia », Le Fascia, un nouveau continent à explorer, ed : Ressources primordiales, Chapitre 7, p138.

Thérapie de couple

Thérapie de couple par le massage

Thérapie de couple

« Parfois, Eve, je me demande si tu es avec moi parce que tu m’aimes, ou parce qu’il n’y a pas d’autres gars au paradis… »

     Avez-vous déjà senti cette résistance à vous rapprocher de votre partenaire au sein même du couple ? Parfois, l’envie est là, lovée à l’intérieur. L’élan couve comme une braise mais ne débouche pas, pour autant, sur l’action d’aller vers le plein contact d’une rencontre véritable.

     Dans ce cas, soit une résistance nous empêche d’accéder à la réalité physique de l’autre, soit elle protège la pudeur de l’expression de nos propres sentiments. Des barrières se dressent insidieusement entre la tendresse de l’un et de l’autre : un quotidien installé davantage dans le mental que dans le corps, le passif de conflits non soldés ou la croyance qu’un rapprochement affectif serait contraire à une loi intériorisée, peuvent représenter ces obstacles à la concrétisation de l’élan affectif.

     Le massage, on le sait, ouvre les portes qui mènent vers l’autre. Il agit sur la fluidification de la relation comme l’huile facilite le glissement de la main sur la peau. Par la libération d’ocytocine qu’il provoque – mais on pourrait tout autant parler de la bienveillance et la douceur dans laquelle il nous plonge – le toucher affectif nous donne l’envie de créer et de renforcer nos liens. Voilà un préalable bien intéressant quand il s’agit de travailler sur la qualité de notre relation.

Le massage comme catalyseur de la thérapie de couple.

     Dans le contexte de l’accompagnement – c’est à dire lorsque le praticien joue le rôle du facilitateur de la compréhension des êtres, des éprouvés et des sentiments – le massage est suivi d’un temps d’échange et de verbalisation. Le couple peut alors être abordé comme une entité supplémentaire. Il y a la présence de l’un et de l’autre, mais aussi la présence du couple en temps que système. La psychothérapie systémique décrit parfaitement ce phénomène et éclaire le fonctionnement autonome du couple. Philippe Caillé, par exemple, dans son livre Un et un font trois, considère le couple comme « un être vivant qui tisse sa propre histoire« . Une histoire qui peut ravir ou, au contraire, désespérer ceux qui y tiennent un rôle. Le couple a ses exigences et n’hésite pas à entrer en conflit avec les besoins personnels de ceux qui lui ont donné vie.

     Cependant, rien qu’en s’en tenant aux individus qui le composent, le massage qui précède l’entretien est un excellent catalyseur de la thérapie du couple. Il inscrit le dialogue dans une perspective inhabituelle : celle de l’intimité notamment. Il permet de franchir plus aisément la résistance des ressentiments et de l’amertume accumulée. Il fait table rase des positions vindicatives et facilite le pardon, donc la compréhension du point de vue de l’autre. Un préliminaire qui fait gagner du temps et place d’entrée de jeu la thérapie sur le terrain du bien-être et du respect, plutôt que sur celui du conflit. Grâce au lâcher-prise qu’il induit, le massage facilite le dépôt des armures, des armes le cas échéant, et permet l’accueil de la personnalité de l’autre sur un éventail bien plus large que celui ordinairement limité par les a priori de chacun.

     Une complication toutefois fait que le massage n’est pas autant utilisé qu’il le pourrait dans les thérapies de couple. Il nécessite deux praticiens pendant le temps du massage. La situation idéale qui consisterait à ce que ces deux praticiens soient aussi deux accompagnants fonctionnant en couple thérapeutique, en reflet du couple de patients/clients, n’est pas toujours possible. Reste à ajuster le modèle de façon créative, pour coupler les bienfaits libérateurs du massage et la thérapie de couple. Ateliers où le couple prodigue lui même le massage, groupes de thérapie, travail en binôme de professionnels… Le champs des possibles est immense. A nous d’inventer les dispositifs efficaces pour mettre notre profession au service de l’épanouissement des couples.

pédagogie perceptive - Danis Bois

Fiche de lecture pédagogie perceptive

Dans son livre, Vincent Martinat présente la méthode Danis Bois. Une approche qui rappelle et enrichit l’accompagnement par le toucher intuitif. Fiche de lecture.

 

 

« Laissez-moi apprendre de mon corps, car là où il est, je suis »
Danis Bois, Le seigneur de la danse.

 

« Pour le meilleur de chacun… La pédagogie perceptive au service de votre vie », Vincent Martinat, Librinova.
 

A travers le témoignage de sa propre expérience personnelle, celle qui l’a amené à découvrir la technique de la pédagogie perceptive, que l’on nomme aussi somato-psychopédagogie (structurée sur la fasciathérapie), Vincent Martinat nous parle de son parcours interne, à la redécouverte de son corps, et externe dans une transition professionnelle suite à la 1ère séance, expérience fondatrice qui remettra du mouvement à la fois dans son corps et dans sa tête.

La pédagogie perceptive, crée par Danis Bois, est avant tout un processus de transformation : en accueillant son corps, son intelligence, et en ne cherchant plus à le maîtriser, se produit une régulation tonique des muscles de ce dernier. Et se révèle alors, la mémoire du vivant : l’empreinte tensionnelle du corps libère l’intime biographie corporéisée, et les émotions congelée dans la mémoire tissulaire se remettent en mouvement. « Chaque immobilité des tissus est le témoin de notre histoire, mais aussi de notre manière d’être vis-à-vis de celle-ci ».

En mêlant les passages sur ses propres prises de conscience et réflexions, et les retours de séances de patients et leurs compréhensions de l’acte de ressentir, initialisation de tout processus thérapeutique, Vincent Martinat nous révèle les différents outils de la pédagogie perceptive :

  1. La relation d’aide manuelle ou toucher de relation. C’est « un toucher touchant, une circulation d’informations ». Le praticien accompagne manuellement le mouvement du corps, le « mouvement interne » : un mouvement calme du corps qui n’engendre pas de mouvement. C’est un « accordage somato-psychique manuel » en lien avec l’enroulement / déroulement des fascias, qui réagissent au tonus de nos pensées aussi bien qu’aux contraintes mécaniques du corps (générant des pathologies dites « fonctionnelles »). Or, toute restriction quant à la mobilité des fascias crée un « état d’immobilité dans le corps, ainsi que dans l’attitude de la personne ». Entre les mains du praticien, et dans une relation de réciprocité, la personne à l’écoute d’elle-même laisse émerger cette sensation inédite, dans une profonde lenteur, cette perception du sensible : le mouvement interne : « qui nous renvoie à une conscience de soi si nouvelle, si inattendue, que les personnes ont du mal à trouver les mots pour la décrire… c’est un peu comme si vous vouliez décrire une nouvelle couleur ne figurant pas dans l’arc-en-ciel ou un état émotionnel inconnu des registres de la psychologie : aucune correspondance avec un phénomène connu ne peut être faite ». Cette perception du mouvement interne par le praticien se décompose en un suivi dynamique, où l’on accompagne le mouvement ressenti, et / ou d’un temps d’écoute plus statique que l’on nomme le point d’appui : c’est un temps où les mains s’arrêtent à un endroit précis et où l’on capte les effets de l’accompagnement (relâchement, apaisement, chaleur…), mais c’est aussi « une forme de négociation invisible, un prétexte pour changer d’orientation, accueillir la nouveauté, un nouveau départ, une nouvelle rencontre ».

  2. La relation d’aide gestuelle ou gymnastique sensorielle : elle permet d’entretenir les effets de la séance manuelle et de développer l’autonomisation de la personne. Cette gymnastique se décompose en une forme codifiée (avec des contraintes d’orientation, de rythme et de coordination permettant de déployer ses capacités d’adaptation) et une forme libre qui lui fait suite, où le geste est guidé par la spontanéité et l’immédiateté. Dans les deux cas, tout comme pour le toucher de relation, c’est la lenteur qui prédomine, permettant l’émergence du geste depuis la profondeur du corps et engageant la globalité de ce dernier, enrichissant la présence à soi-même. Le geste est expérience : l’orientation, l’amplitude, la vitesse participent à la découverte de sa propre identité, d’une caractéristique de soi.

  1. Le temps de verbalisation, qui permet d’extraire le sens des sensations corporelles perçues et ressenties : « Si la sensation est temporaire, le sens qui en émerge, la connaissance issue de l’expérience reste ! ». Cette verbalisation se réalise durant l’expérience elle-même (entretien en immédiateté) et sera suivie d’un entretien post-immédiateté. Plutôt que de chercher la solution dans la parole de l’autre, la personne trouve ses solutions dans son champ d’expérience : « autorévélation de soi à soi ». Et encore une fois, c’est par la sensation corporelle que le patient va tester la valeur de l’adjectif ou de l’adverbe employé : « le mot juste va résonner harmonieusement et accroître l’intensité du ressenti là où un terme moins adapté va diminuer l’intensité du ressenti ».

  2. Les ateliers d’écriture : cela permet de prendre le temps (encore et toujours) de déposer sa conscience et de laisser sa pensée prendre une forme nouvelle. La personne cherche à bouger ses fixités, ses habitudes comportementales (et donc posturales). Elle est dans une phase de déconditionnement. Ce retour réflexif, par le récit, par le partage de son parcours, révèle de nouvelles informations non perçues jusque-là, et permet l’émergence de nouvelles prises de conscience.

 

L’ensemble du travail se tourne ainsi vers la perception : « percevoir de nouvelle parties de moi, c’est accéder à d’autres parties de l’autre. ». La perception de son corps, mémoire vivante, met en lumière des tensions, des restrictions de mobilité, expression d’un évènement passé. Dans un processus d’intériorité, d’écoute du mouvement externe ou interne de son corps, en maintenant son état de présence à soi, nous prenons conscience que « le mouvement doit être une sorte de matrice de l’homme, de l’espace et du temps… ».

 

« Le mouvement n’est pas fait pour rester dans l’anonymat d’un corps ».
Danis Bois, Le seigneur de la danse.

pédagogie perceptive - Danis Bois

Confirmation inscription newsletter

 

 

Vous avez reçu un mail de confirmation. Vous devez cliquer sur le lien qu’il contient pour être définitivement enregistré(e). Vérifier dans vos indésirables si vous ne le trouvez pas.

Nous envoyons peu de newsletters. N’hésitez pas à repasser sur le site de l’Ecole du Massage intuitif régulièrement.

Merci pour l’intérêt que vous portez à notre approche et nos activités.

 

Fiche métier

L’Ecole du massage intuitif forme aux métiers de Masseur intuitif, Masseur-relaxologue et Praticien en massage Bien-être. Elle conçoit ces métiers comme un travail de technicien expert et d’accompagnant. La masseuse ou le masseur, étayé(e) par sa connaissance du corps, son expérience de la relaxation, sa capacité à mettre en mots les éprouvés émotionnels et les ressentis corporels, aide son client à se détendre et l’aide à se comprendre. Il construit, par la régularité et la qualité des séances de relaxation qu’il propose, une relation de soutien et de confidence permettant à son client d’évoluer dans la compréhension et la gestion de son stress.

 

LE METIER :

/ Que fait le masseur ou la masseuse bien-être ?

Le praticien en massage bien-être accueille professionnellement des personnes qui souhaitent recevoir des massages de détente et s’offrir un moment agréable, ponctuel ou régulier. Ses clients sont variés et peuvent être motivés par différents désirs ou objectifs : – bien-être simple, – repos et récupération des affres de la vie quotidienne ou d’une période particulièrement pénible, – maîtrise d’habiletés supplémentaires (fluidité, souplesse, coordination) dans le cadre d’activités personnelles ou professionnelles : danseurs, yogis, sportifs, musiciens, etc. – meilleurs maîtrise ou vécu de ses propres réactions face au stress ou aux interactions avec les autres, – amélioration de son équilibre psychique, émotionnel, et lutte contre l’anxiété, l’irritabilité, la dépendance, ou d’autres troubles légers de l’humeur et du caractère.

Le praticien en massage bien-être prend le temps d’écouter la demande du client et de l’aider à la formuler précisément. Il s’adapte à la demande et aux besoins qui ont été exprimés, dans la limite de la compatibilité avec son cadre de travail, son éthique et la déontologie de sa profession.

/ Comment travaille-t-il ?

Le travail avec un client commence par un temps de rencontre (plus ou moins sacralisé selon les écoles), au cours duquel le praticien s’assure que la relation se noue d’une façon saine et précise. Le praticien donne des informations sur sa démarche professionnelle et ses intentions en vérifiant qu’il ne demeure pas de points ambigus dans la communication avec son client.

Le praticien en massage bien-être accorde de l’importance à l’écoute de la problématique de son client lorsque celui-ci souhaite en présenter une.

A partir du travail « d’enquête » et d’écoute, la masseuse ou le masseur construit un protocole d’intervention, puisant dans les techniques de relaxation et de massage qu’il maîtrise. Il détermine, avec le client, la régularité et le type d’accompagnement qui ponctueront leurs rencontres.

Le masseur bien-être prodigue ses massages et moments de relaxation avec respect, délicatesse, tact, créativité et ingéniosité, dans un lieu et une atmosphère étudiés, dans des conditions d’hygiène irréprochable, en respectant ses limites personnelles et celles de sa profession.

Lorsqu’une relation de confiance et de confidence a pu s’établir, le professionnel utilise cette relation, en conscience, pour inviter son client à aller plus loin dans le relâchement et, éventuellement, la compréhension de lui-même. Il accueille avec bienveillance les évolutions et réactions de son client.

/ Dans quels pièges doit-il éviter de tomber ?

Masser professionnellement des personnes n’est pas équivalent à masser son entourage, sa famille, son conjoint  ou ses amis. La pratique du massage jours après jours, semaines après semaines, doit distiller au praticien un plaisir qui ne s’use pas. Les rencontres intimes nécessitées par le massage sont très impactantes émotionnellement. Il est important de savoir se ménager et savoir s’organiser des temps de ressourcements, pour vérifier régulièrement les effets de l’impact de la relation sur soi (voir notre point de vue sur le stress vicariant). C’est un métier très orienté vers l’autre, mais dans lequel on ne doit pas s’oublier.

Etre un bon technicien ne suffit pas lorsque l’on s’installe en cabinet libéral. Il faut aussi connaître et maîtriser par ailleurs les qualités de l’entrepreneur : vision comptable, notions juridiques, communication, explication de son travail, capacité à faire des liens entre nos connaissances et les demandes du public.

S’isoler professionnellement est souvent la tendance de ceux qui travaillent en libéral. Ce phénomène d’isolement est renforcé par le fait qu’il n’est pas facile de se présenter socialement comme étant masseur de relaxation, compte tenu de la représentation que certaines personnes ont encore du massage bien-être. Or, s’isoler est la pire des stratégies dans un métier qui nécessite de s’inclure dans un réseau pour être connu, reconnu, et construire une clientèle. Préférez nettement l’installation en cabinets groupés, en cabinet partagé ou en institut de massage.

Ne laissez pas non plus dépérir vos connaissances… La formation continue est toujours enrichissante dans ce métier où l’on apprend tout au long de la vie. En 2021, l’Ecole du Massage Intuitif est devenue la première école de massage en France ne formant que des praticiens déjà en exercice, orientant vers d’autres organismes pour la formation initiale.

Les compétences du masseur de bien-être se combinent utilement avec d’autres métiers : naturopathe, aromathérapeute, coach en développement personnel, esthétique éthique, animateur dans les métiers de la forme, relaxologue, sophrologue, psychopraticien, etc.

fiche metier

PRINCIPAUX DEBOUCHES :

Le praticien en massage bien-être peut travailler en cabinet ou atelier de relaxation. Il est alors à son propre compte, en libéral, gérant de société ou salarié d’une société de portage. Dans certains cas, il se déplace pour proposer des interventions à domicile, dans les hôtels, bateaux de croisière, en entreprises ou à l’occasion d’un événement.

Il peut travailler en salon ou institut de massage et spas. Il est alors salarié de l’entreprise qui l’emploie. Les voies d’accès au salariat se font plutôt par l’acquisition du titre de Technicien(ne) Spa et Bien-être reconnu au niveau du Registre Nationale de la Certification Professionnelle, ou par les filières de l’esthétique.

Dans certains cas, il peut exercer, en complément d’une première profession (infirmier, aide-soignant, éducateur spécialisé, etc.) dans un service social ou hospitalier.

QUALITES ESSENTIELLES :

On peut dire que tout massage donné avec bienveillance est intéressant à recevoir car il révèle la personnalité de celui qui le donne, et dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres, le « parfait » est l’ennemi du « bien ». Certaines qualités feront néanmoins de votre massage un moment qui semblera très agréable à recevoir par le plus grand nombre :

  • Qualités concernant le massage :

Des sens kinesthésiques, auditifs et tactiles développés, de la créativité, le plaisir de la corporalité et de la sensualité, la souplesse, le fait d’être chaleureux et ouvert d’esprit, la discrétion.

  • Qualités concernant l’aptitude à être en relation et à aider l’autre à évoluer :

L’écoute, l’humilité, la compréhension, la capacité à reconnaître les qualités de l’autre, l’authenticité, l’empathie, l’intelligence émotionnelle, la capacité à s’ancrer, à tenir une position fermement avec douceur, à comprendre le sens et suivre une éthique de la relation.

  • Qualités concernant la création d’entreprise :

Une imagination fertile, une faculté d’adaptation, une opiniâtreté,  le goût du risque et la capacité à prendre sa vie en charge, l’organisation, le pragmatisme, un soupçon de charisme, le goût des autres, le sens de l’éthique et de la responsabilité, la capacité à faire confiance aux autres et déléguer.

EVOLUTION :

La pratique intensive du massage de relaxation apporte des capacités qui sont peu prises en compte dans la société mais qui sont très utiles dans la vie quotidienne : conscience de son corps, développement des sens proprioceptif et kinesthésique, sens de l’équilibre, souplesse, capacité à prendre de la distance, capacité à « lire » le corps de l’autre, sa posture et sa gestuelle… Le bon praticien en massage bien-être est de plus en plus à l’aise avec son corps, au fur et à mesure de sa pratique et de ses expériences accumulées. Si ces qualités acquises au cours de la carrière sont peu valorisables pour l’exercice d’un autre métier, elles contribuent à renforcer des capacités plus générales et apportent assurance et confiance en soi et en l’autre.

REMUNERATION :

L’appât du gain ne doit pas être la principale motivation du masseur bien-être. Compte tenu de l’implication qu’ils demandent, enchaîner dans une journée un grand nombre de massages de qualité est illusoire. Mais la pratique du massage apporte aussi beaucoup en « qualité de vie » et c’est souvent avec cet objectif que les personnes se lancent dans une formation professionnelle au massage de bien-être. La pratique du massage est très enrichissante en terme de qualité de rencontres et de partages, à condition bien sûr d’avoir un goût pour cela.

FORMATIONS :

Il existe trois grandes familles de praticiens, et donc trois catégories d’écoles pour les former :

  • Les écoles qui forment aux massages bien-être « avec implication » du masseur. Elles centrent leur apprentissage sur la qualité d’être du praticien et s’inscrivent le plus souvent dans une logique de développement personnel. Elles pensent que la rencontre entre le masseur et le receveur du massage est fondamentale et doit être travaillée. Elles préconisent d’utiliser les qualités intrinsèques du praticien pour enrichir son massage : générosité, authenticité, douceur, fermeté, capacité à soutenir, rassurer, faire progresser. Elles portent la vision d’un massage qui vient du coeur, plus que de la tête. C’est dans cette catégorie que s’inscrit l’Ecole du Massage Intuitif depuis sa création en 2001.
  • Les écoles qui forment aux massages bien-être « sans implication » du masseur. Elles n’abordent que la question technique du massage et l’art de l’appliquer, sans chercher à faire apparaître l’humanité du masseur. Elles préconisent la distance, parfois la blouse blanche, et évitent la question émotionnelle.
  • Les écoles de massages traditionnels. Elles enseignent le massage comme une tradition à respecter au mieux. C’est la philosophie asiatique de la pratique du massage ; elle se confond avec les médecines traditionnelles préventives. Le Shiatsu est un bon exemple de cette famille. Le bon masseur shiatsu sait s’effacer au profit de la manière d’appliquer la tradition.

FEDERATIONS PROFESSIONNELLES, ASSURANCES :

Pour s’installer professionnellement, un masseur bien-être doit contracter une assurance Responsabilité Civile Professionnelle. De plus en plus de compagnie d’assurance proposent d’assurer les praticiens en massage bien-être et leur demandent pour cela de justifier de leur formation professionnelle.

Plusieurs fédérations nationales travaillent aujourd’hui à l’organisation de la profession. La principale d’entre elle est la Fédération Française de Massages Bien-Etre créée en 1995. Elle a contribué à plusieurs avancées juridiques et législatives qui ont permis de mieux asseoir le métier de masseur bien-être.

RECONNAISSANCE PAR L’ETAT :

En 20 ans, le métier de masseur bien-être a énormément évolué, ainsi que la formation professionnelle en France, avec la création de France Compétence, en 2019, et de l’application « Mon Compte Formation », en janvier 2020. L’Ecole du Massage Intuitif, qui a beaucoup oeuvré pour la reconnaissance du métier avec la Fédération Française de Massage Bien-Etre, a fait partie des premières écoles françaises à former à un Certificat inscrit au Registre National de la Certification Professionnelle. C’était en 2019 et 2020, avant de renoncer à la formation initiale, en 2021, pour se consacrer aux masseurs déjà installés et leur offrir un renouvèlement professionnel, ou un perfectionnement dans l’accompagnement et la pratique du massage intuitif. L’enregistrement au RNCP a naturellement permis aux écoles concernées de monter en gamme et de poursuivre le travail d’adaptation au marché du travail. Cette donnée doit être prise en compte au moment du choix d’une formation, lorsque votre objectif est la mise à l’emploi ou l’installation professionnelle.